Free hugs et féminisme

Publié le par xylpho

Aujourd'hui j'ai fait une nouvelle expérience. J'ai participé à une free hugs party sur un marché. J'avais entendu parlé de ces "illuminés" qui proposent des câlins gratuits aux gens dans la rue. Et je n'en pensais rien, chacun est libre de vivre les expériences qu'il désire et je n'ai pas à juger de ça. Mais si l'expérience se présente au pas de ma porte pourquoi ne pas la tenter, histoire de ne pas mourir con ? Me voilà donc avec une pancarte griffonnée à la va-vite sur un marché bourré de gens.

Déjà, j'ai appris que le principe de la free hug party est quand même régi par certaines règles simples mais de bon aloi. Mais je n'en parlerai pas ici, ce n'est pas le but de cet article. Je sais juste que c'est un message de paix et d'amour et je l'ai vécu comme tel, sinon je n'aurai pas eu ce grand sourire scotché sur le visage pendant deux heures et cette joie intérieure même quand les gens vous fuient parce que vous êtes à votre tour un dingue qui a un sérieux problème émotionnel.

J'ai vécu aussi aujourd'hui une expérience toute aussi intéressante que navrante. Nous voilà à deux ou trois en train de proposer un câlin gratuit aux gens dans leur flot incessant. Je n'avais pas remarqué ce petit stand au premier coup d'oeil, je n'avais pas remarqué les trois trois femmes qui semblaient l'occuper. Puis parce que je suis curieux j'ai regardé leur unique présentoir, servant des prospectus aussi bien photocopiés que les polycops illisibles que je récupérai dans les couloirs de l'école d'archi il y a une vingtaine d'années.

Je ne sais pas si ces jeunes femmes se réclament du MLF ou de "Ni putes ni soumises", mais il est clair que c'était un stand de féministes. Je trouve amusant et rafraîchissant de voir ce genre de choses, j'aime l'expression et la liberté que l'on a de pouvoir l'étaler sur la place publique. Il aurait s'agit des Jeunesses Communistes ou des jeunes de l'UMP que ça n'aurait rien changé à ce que j'écris.

Ce que je trouve lamentable c'est ce qu'une de ces jeunes femmes a exprimé à ce moment.

Parce que tu comprends mon coco, on est ici pour défendre une cause/un programme/un message (rayer la mention inutile). On est là pour dire aux gens combien la condition de la femme n'a pas tellement évolué. Et tu comprends mon pote —tu permets que je t'appelle mon pote Josiane?—, trois mecs qui proposent des câlins aux gens devant notre beeeeeau stand avec ses diatribes photocopiées sur du papier cul, hé ben mon pote ça le fait pas, c'est même scandaleux, tellement révoltant que ça pue même l'attentat délibéré, le sabotage volontaire de notre entreprise d'"information", tu comprends mon pote?

Sur le coup, j'ai préféré continuer à sourire, ça fait longtemps que la bêtise crasse m'amuse mais il me fallait trouver quelque chose pour essayer de faire comprendre à la plus bête de ces trois personnes que la présence de nos mâles personnes devant leur stand de merde n'avait rien à voir avec la tyrannie de l'homme sur son complément féminin.

Mais dis-moi Marcelle, toi qui a des mots aussi bêtes sur notre présence devant ton stand, dis-moi est-ce qu'au fond de ton crâne épais tu n'aurais pas quelque chose contre les hommes ? Dis-moi, serais-tu aussi conne que les gens, les mâles, que tu combats ? Non, me réponds-tu, dans un sourire forcé, presque honteuse que je t'ai entendu étaler ta bêtise ordinaire, essayant maladroitement de contrer ma voix douce et mon sourire qui lui n'est pas feint. Non, me réponds-tu, je n'ai rien contre les hommes. Alors Marcelle puisque tu n'as rien contre les hommes, puisque tu sembles sourire, dis-moi Marcelle, tu veux un câlin? Un vrai, un simple câlin ?

Ha ben oui, t'en veux pas d'un câlin. T'en as pas besoin. Mais pas parce que je suis un déséquilibré, un type en manque d'affection. Non, je suis juste un homme.

Je le savais qu'il fallait que je me rase avant de venir, je le savais.

 

Merci Marcelle ce dimanche j'ai compris, mais je m'en doutais déjà, que les seules personnes au monde qui n'ont aucun recul, aucune réflexion, qui ne voient rien d'autre dans le câlin que le message qu'il véhicule, la simplicité de la "tendresse" ce sont les enfants. Certainement pas toi.

Publié dans Blog

Commenter cet article

Laurent Raufaste 28/08/2008 14:08

Le féminisme est une sorte de racisme, c'est imblairable. Y a qu'à voir comment un féministe s'affole et s'énerve dès que tu lui sors un argument dont le mouvement ne lui a pas donné le contre-argument...

Da Scritch 27/08/2008 11:02

C'est quand même malheureux de voir que le combat millénariste pour l'égalité de la femme a su faire évoluer la Société, mais aussi certaines de ses militantes. Et absolument pas dans le bon sens.

Ça s'appelle l'extrémisme, ma bonne dame.